Article

S’appuyer sur le soutien social

Renaud Fulconis - S’appuyer sur le soutien social

Les autres, l’une des clefs de l’estime de soi, et du bonheur.

C’est un fait ! Au même titre que bien d’autres espèces animales, nous, les êtres humains, sommes des animaux sociaux. Sans conteste, nous avons besoin des autres pour être épanoui. Se savoir aimé, comme savoir que l’on peut être aidé sont deux éléments essentiels à une saine estime de soi.

Dans La force des émotions, François Lelord et Christophe André rappellent que le soutien social se compose de quatre ingrédients :
. Le soutien d’estime (« on sait que tu es quelqu’un de bien »).
. Le soutien affectif (« on est à tes côtés, on t’aime »).
. Le soutien matériel (« on va t’aider »).
. Le soutien informatif (« voici une information qui va te rendre service »).

La qualité des relations que nous entretenons avec les autres serait l’un des fondamentaux de notre bonheur.

En novembre 2015, Robert Waldinger, directeur de recherches à la Harvard Medical School, donnait les résultats de la plus longue étude sociologique jamais entreprise. Démarrée en 1938, la chaire sur le développement de l’adulte (Study of Adult Development) a observé de très près le quotidien d’un public de 724 hommes en les interrogeant sur leur famille, leur santé et leur travail.  Ils ont observé méticuleusement comment les variables psychologiques et biologiques en étant de jeunes adultes peuvent influencer la santé et le bien-être plus tard dans la vie. Ils ont également regardé quels aspects de l’enfance et de l’expérience des adultes peuvent impacter la qualité des relations et si le mariage tardif a un lien quelconque avec notre état de santé et notre niveau de bien-être. Enfin, les chercheurs ont également analysé les dossiers médicaux de leurs sujets d’étude, et réalisé de nombreuses analyses et examens médicaux.

Afin de rendre leur travail plus pertinente, les scientifiques et sociologues se sont intéressés à deux publics distincts. Ainsi, 268 hommes de type caucasien ont été choisis dans la promotion 1939 – 1944 de l’université d’Harvard. Parmi eux, John Fitzgerald Kennedy, plus tard 35e président des États-Unis. La seconde partie du panel composée de 456 hommes, a été sélectionnée dans les quartiers pauvres de la ville Boston.

Les résultats sont sans appel. Si bon nombre d’entre nous mettons en corrélation richesse et célébrité avec bonheur, la réalité est toute autre.

Les individus les plus heureux, mais aussi ceux qui sont en meilleure santé, sont ceux bénéficiant d’une riche vie sociale.

Être connecté à sa famille, à ses amis et à d’autres connaissances conduit au bien être. À l’inverse, les individus isolés sont moins heureux, et voient leur santé décliner davantage en milieu de vie. De surcroit, leur espérance de vie est réduite en comparaison aux personnes du premier groupe.
Cependant, la qualité des relations est plus importante que la relation elle-même. Grâce à l’étude sur les différents effets du mariage, les chercheurs concluent qu’un divorce est préférable à une relation de couple insatisfaisante. Et puis la solitude aurait des effets néfastes sur le bien être et la santé, mais quitte à être mal, mieux vaudrait donc encore être seul que mal accompagné.

L’étude se poursuit, et les quelques 2000 descendants des publics d’origine sont suivis avec la même rigueur. Cette seconde génération est également composée de filles. Dans quelques années, le travail entrepris devrait permettre de déterminer si l’éducation elle aussi conditionne le bonheur.

Viennent s’ajouter à ces résultats, ceux obtenus par la psychologue Susan Pinker. Dans son étude The village effect, elle démontre à quel point les contacts face à face sont cruciaux pour apprendre, être heureux, vivre longtemps et dans les phases de résilience.

Voici quelques pistes pour développer votre réseau social :

Oser demander du soutien

Si demander du soutien caractérise plutôt les personnes dont l’estime de soi est bonne, vous avez tout à gagner à exprimer votre besoin d’avoir un coup de pouce. Cela n’est en rien une marque de faiblesse, c’est même plutôt le contraire. Acceptez cependant qu’on puisse vous dire non. Cela ne remet en rien en question ce que vous êtes et qui vous êtes. Accepter un non comme savoir dire non renforce l’estime de soi.

S’encourager mutuellement

Face aux difficultés du quotidien et au stress que cela peut générer, en particulier au travail, savoir encourager et accepter de l’être nourrit l’estime de soi. Attention cependant à favoriser le soutien quand on vous le demande plutôt que de prendre systématiquement l’initiative comme si c’était une mission personnelle d’importance majeure. Les petites marques d’encouragement peuvent suffire, comme d’indiquer à l’autre que vous êtes là si besoin.

Activer son réseau et ne pas le limiter

Sachez bénéficier du contact des autres, et pas seulement quand vous en avez besoin. Passez du temps avec ceux qu’on aime a des bénéfices considérables comme expliqué plus haut. Ne négligez pas pour autant le contact avec les autres personnes côtoyées au cours de la journée. La boulangère, la maitresse d’école, le chauffeur du bus, la personne qui vous tient une porte ouverte, votre collègue, toutes et tous contribuent à notre bien être. Sourire, échanger quelques mots, être bienveillant, ces actions font du bien et encouragent l’autre à la bienveillance en retour. Et puis n’oubliez pas que vous pouvez cumuler les bienfaits. Vous pouvez par exemple demander à votre meilleure amie de vous accompagner pour une sortie en forêt, à la salle de sport, à la piscine ou pour une partie de cartes ou un verre… Faire à deux, ou plus encore, une activité permet de multiplier les bénéfices. Ne vous en privez surtout pas !

S’appuyer sur le soutien social, c’est aussi apprécier tous les échanges qu’une journée peut nous offrir.

Un commentaire, une question ? Écrivez moi


Pour aller plus loin
:

Revenez ici régulièrement pour lire la suite ou contactez-moi pour bénéficier d’une première séance gratuite. L’occasion de faire le point sur votre situation et d’envisager si vous le souhaitez, que je vous accompagne pour une session de coaching.

Suggestion de lecture :

Susan Pinker (en Anglais seulement)
The village effect. Why face-to-face contact maters
Atlantic Books – 2015

Conférence de Robert Waldinger
Study of Adult Development
Ted – 2015

À lire également, mes autres articles :
Se connaître
S’accepter
Être honnête avec soi-même
Agir
Faire taire le critique intérieur
Accepter l’idée de l’échec
S’affirmer
Être empathique

Je ne suis pas responsable des émotions des autres
Se sentir bien !